Les personnages célèbres
de Dieppe et de sa région
depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours

Accueil A. B. C. D. E. F. G. H. I. J. K. L. M. N. O. P. Q. R. S. T. U. V. W. X. Y. Z. bibliographie

pour trouver un nom, utilisez le moteur de recherches du naviagteur (ctrl+f)



TAILLEUX, Francis : né à Paris le 18/3/1913, décédé le 6/7/1981. Fit des études au Collège Ango ; doué pour le dessin, il fut remarqué par l’aquarelliste australien : Davies, qui résidait à Dieppe, et lui prodigua des leçons de dessin et peinture. En 1926 il est reçu au Salon de la Nationale (n’ayant pas révélé son âge). Sur les conseils de Jacques Emile Blanche, il suivit les cours de l’Académie Scandinave à Paris où il eut pour Maîtres : Othon-Friez, Waroquet et Dufresne. Il s’installa 2 ans en Angleterre pour voir autre chose et visiter tous les Musées possibles. Puis il habita Aix-en-Provence pour la lumière. En 1948 obtint le Prix National des Arts.


Alexis Tarenne
Alexis TARENNE
TARENNE, Alexis-Désiré-Gaëtan : (né en Eure-et-Loir le 07/08/1875) Ancien principal clerc ; avocat à Dieppe

TARVER Jean-Charles Né à Dieppe le 17 mars 1790 et mort au Collège d'Eton (Angleterre) le 15 avr. 1851. Né de parents anglais, Attaché à l'administration de la marine à Toulon, à Leghorn, à la Spezzia, à Brest, Professeur de français à l'Ecole d'Eton à partir de 1826. On lui doit : Dictionnaire des verbes français. - Leçons sur l'Histoire de France. - Paris ancien et moderne. - Une traduction française du Dante, en 1833. - Dictionnaire phraséologique anglais et français.

TASSEL, Louis Alexandre (Honfleur 26/1/1789 – Arques 19/1/1868) Il fut maire d’Arques du 8/1/1843 aux 30/10/1844, puis du 1/1/1845 au 4/9/1865, soit 22 ans maire, mais fut aussi conseiller municipal. Son père était directeur d’une manufacture de couperose et d’huile de vitriol à Honfleur. A son décès, Louis Alexandre, est qualifié de propriétaire ; mais il est connu comme le créateur d’une filature à Arques.


TASSEL, Pierre Alexandre (Arques 30/7/1836 – Arques 18/7/1912) Ce fils de Louis Alexandre Tassel, fut maire d’Arques du 8/10/1876 au 20/5/1888, du 15/5/1892 au 20/5/1900, et du 15/5/1904 à son décès. Soit 28 ans comme premier magistrat, mais fut au moins 8 ans conseiller municipal. Ce qui lui valut des obsèques municipales. A son décès est qualifié d’agent d’assurances ; mais fut surtout filateur comme son père. D’ailleurs à eux deux, le père et le fils furent environ 70 ans au service de la commune d’Arques.


TEPHANY, Emile-Gaston : (né en Charente-Inférieure le 31/07/1835) Administrateur principal de l’Inscription maritime à Dieppe ; président de la Sté de Secours Mutuels de N-D de Bonsecours, de la Sté centrale de sauvetage (section de Dieppe), de la Caisse de secours des marins de Dieppe ; Chevalier de la Légion d’honneur.

TERRIEN (Guillaume) Né à Fontaine-le-Dun en 15?? et mort à Dieppe en 1574. Savant Jurisconsulte, Lieutenant général au bailliage de Dieppe. On lui doit : Commentaires du Droict civil tant public que privé observé au pays et duché de Normandie, etc. (Paris, 1574 et 1578).

Robert Thoumire
Jérôme THARAUD
THARAUD (Jérôme) : Écrivain et académicien - Né le 18/05/1874 à Saint-Junien (Haute-Vienne) Décédé le 28/01/1953 à Varengeville-sur-Mer.

Jérôme (1874-1953) et Jean Tharaud (1877-1952), son frère, sont nés à Saint-Junien dans la Haute-Vienne dans une région, le Limousin, à laquelle ils resteront attachés. Leurs prénoms de baptême sont Ernest et Charles, et c’est Péguy qui leur donne plus tard les prénoms de Jérôme et Jean. Les deux frères quittent Saint-Junien à la mort de leur père en 1880 ; leur mère, jeune veuve, retourne vivre chez son propre père, alors proviseur du lycée d’Angoulême et ami de Victor Duruy. Ils font leurs études à Angoulême, puis à Paris. Jérôme est élève à l'École normale supérieure. En 1901, Jean devint le secrétaire de Maurice Barrès, poste qu’il occupa jusqu’à la Première Guerre mondiale. Il signa ensuite de nombreux articles pour Le Figaro, dont l'un, paru après la Seconde Guerre, porte sur la révélation des camps de concentration des tziganes en France. Jérôme et Jean Tharaud vont pendant cinquante ans composer une œuvre à quatre mains, signant toujours de leurs deux prénoms. Le cadet se chargeait du premier jet, tandis que l’aîné, Jérôme, s'occupait de la mise au point du texte. Ils voyagent dans de nombreux pays, la Palestine, l’Iran, le Maroc, la Roumanie, et ramènent de leurs voyages la matière à reportages et à livres. En 1919, de retour d’un voyage au Maroc, ils sont séduits par le charme de la vallée de la Rance et acquièrent le manoir des Auffenais en Le Minihic-sur-Rance. Ils y vécurent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, période pendant laquelle cette demeure fut occupée par l’armée allemande. En conséquence et probablement pour des raisons pécuniaires, ils la vendirent en 19452. Leur œuvre, est marquée par un esprit de conformisme aux valeurs du temps et par le racisme de l'époque qui n'exclut pas l'antisémitisme3,4 ainsi que la célébration du colonialisme. Le 1er décembre 1938, Jérôme Tharaud est élu au 31e fauteuil de l’Académie française en remplacement de Joseph Bédier. La candidature de Jérôme Tharaud a posé aux académiciens un cas de conscience : l’écrivain, en effet, n’était que « la moitié d’un couple d’auteurs » et ils ne pouvaient pas élire simultanément les deux. Jean Tharaud y fut élu à son tour en 1946. Le Limousin et Saint-Junien (en particulier) ont profondément marqué les deux frères. En 1939, quand Jérôme fut élu à l’Académie française, il émet le vœu que le clocher de la vénérable collégiale de Saint-Junien figure sur l’une des faces de la poignée de son épée d’académicien. Il faut dire que les deux frères ont mobilisé toute leur ardeur, en 1922, quand le clocher central de la collégiale s’est effondré par manque d’entretien. Un érudit local, Jean Teilliet, artiste peintre, avait fait appel à eux et à leur notoriété pour recueillir des fonds destinés à la reconstruction. L’église fut reconstruite dans les années qui suivirent et les frères Tharaud se réjouirent d’avoir contribué au sauvetage de l’église où ils avaient été baptisés. Son épouse, Renée Puget (fille de Paul Puget), mourut en mai 1963 dans un couvent de la banlieue parisienne, à l'âge de 85 ans. Elle prétendait descendre du célèbre sculpteur du même nom, et avait été une artiste dramatique sous le pseudonyme de Renée Parny, jouant notamment avec Sarah Bernhardt. Femme de lettres, elle publia en 1955 chez Arthème-Fayard, sous le nom de Renée Jérôme-Tharaud, un ouvrage intitulé Le Bois-perdu. Jérôme et Jean Tharaud, deux frères académiciens qui habitaient Varengeville, lui consacrent plusieurs textes dans les Chroniques du Figaro en 1948. C'est le début de la célébrité pour ce sanctuaire. Certains artistes comparent les textes des frères Tharaud au poème de Paul Valéry, le Cimetière Marin, écrit en 1920 et chantant les charmes du cimetière marin de Sète. En 1940, ils habitent la villa Sainte Cécile face au Manoir d'Ango.


THIEURY (Pierre-Jules) Né à Rouen le 13 juil. 1835 et mort à Dieppe le 10 juin 1867. Décoré de l'Ordre du Christ de Portugal et de plusieurs Ordres étrangers, Collaborateur à l'Annuaire de l'arrondissement de Dieppe. On lui doit entre autre : Récits dieppois, combat naval de 1555, (Dieppe, 1861). - Récits dieppois, Projets de Vauban pour fortifier Dieppe, (Dieppe, 1864). Etc.

Marcel THIL
Marcel THIL
THIL Marcel né le 25 mai 1904 à Saint-Dizier, décédé le 14 août 1968 à Cannes d'un accident de voiture. Il repose au cimetière de Cannes. Boxeur français, il vécut une grande partie de son existence à Reims. Il combattit dans la catégorie des poids moyens dans les années 30, et était un grand ami de l'acteur Jean Gabin. À l'arrêt de sa carrière, il devint entraîneur et superviseur de matchs, puis président du Boxing Club de Dieppe. Plusieurs stades et rues de France portent son nom, qui est inscrit à l'International Boxing Hall of Fame de Canastota, dans l'État de New York. Il épousa, en 1929, Georgette Taitard, la fille de son manager. Palmarès : Professionnel de 1920 (à 16 ans !) au 17 février 1938, date de l'annonce de son retrait des compétitions à 33 ans: 148 combats professionnels, 113 victoires (dont 54 par KO, ratio 48%), 22 défaites et 13 matchs nuls. Champion du monde des moyens (IBU) à 10 reprises, du 11 juin 1932 face à Gorilla Jones à Paris, au 23 septembre 1937 face à Fred Apostoli à New York. Il battit ainsi -entre autres- Len Harvey, Kid Tunero, Ignacio Ara, Gustave Roth, Carmelo Candel, Vilda Jacks et Lou Brouillard durant ses 5 années de règne. Champion d'Europe des mi-lourds en 1934, et 1935 face à Jock Mac-Avoy ; Champion d'Europe des moyens en 1929 face à l'italien Mario Bosisio à Milan, jusqu'en 1937 face à Carmello Candel. Champion de France des moyens en 1928.

THOMAS, H : (né en Angleterre (Lewes) le 21/02/1845) Négociant de charbons à Dieppe ; président d’honneur du Football-Club dieppois ; vice-président du Golf de Dieppe


THOMAS, John-Yeo : (né à Dieppe le 26/06/1878) Fils du précédent et successeur de son commerce ; administrateur de la Sté de charbons et briquettes de Dieppe ; trésorier du Dieppe-Badminton-Club


THOMAS, Pierre-Philippe-Urbain : (né au Havre le 11/9/1776, mort à Honfleur le 24/1/1854) Commissaire ordonnateur de la marine à l’Ile Bourbon ; membre de la Sté havraise d’études diverses ; auteur de "Dieppe” 1833.


Robert Thoumire
Robert THOUMYRE
THOUMYRE, Robert Alfred, Né à Dieppe le 16/02/1883, il décède à Paris en 1947. Cet avocat et industriel (il fut administrateur des Ets Robbe frères) fut député de la Seine-Inférieure en 1919, sous-secrétaire d'Etat au Commerce en 1920-1921. Il fut Président d'une Société d'Horticulture de Dieppe de 1909 à 1931. Il était amputé du bras droit, après qu'un obus lui ait fracassé dans une tranchée de l'Argonne, le 11 novembre 1914. Réformé en avril 1915, contre son désir il ne put repartir au front. Il réussit néanmoins à se faire mobilisé au ministère des Travaux Publics. Il fut parmi les personnes accompagnant le ministre Maginot, lors d'une cérémonie qui avait pour but de choisir, parmi divers cercueils contenant des morts non identifiés, celui qui prendrait place sous l'Arc de Triomphe en tant que Soldat Inconnu.

THOUMYRE, Georges « Maurice » : (né à Dieppe le 17/01/1875, mort à Rouen le 22/02/1927) Négociant-industriel à Dieppe ; maire de Dieppe ; Conseiller Général ; Président de la Chambre de commerce ; Vice-Consul de Norvège ; membre de la Sté mixte de tir, du Conseil d’administration de l’Union Mutualiste de la Seine-Inférieure et de l’Eure ; président de la Sté de Secours Mutuels “ la Prévoyante ” ; secrétaire du Comité des Intérêts Maritimes dieppois ; administrateur de la Sté des Habitations à Bon Marché ; président du Football Club Dieppois. Il encouragea la pratique du sport, ce qui vaut au stade de porter son nom ; Administrateur à la succursale de la banque de France de Rouen, administrateur de celle de Dieppe de 1923 à 1927, administrateur des Ets Robbe frères. Sera membre des “ Amys du Vieux Dieppe”.


THOUMYRE, Albert Auguste (Dieppe 31/7/1876 – Arques 15/12/1954, à la villa « les marronniers »). Il fut maire d’Arques du 18/5/1935 au 1/9/1944. Fils d’Auguste Alfred Thoumyre, négociant quai Bérigny à Dieppe, il eut 14 enfants et 42 petits-enfants. Ce négociant en charbons, fut administrateur de Banque de France de Dieppe, vice-président de la Chambre de Commerce, écrivit une plaquette intitulée « Etude sur les inondations qui dévastent la vallée d’Arques » qui fut présentée au Conseil Municipal le 5/8/1927. Au décès de Louis Leplay (2/4/1889), son père avait pris seul les rênes de l’usine (« Thoumyre et Leplay ») de charbons anglais et de briquettes . En 1900 Albert reprit la direction de l’usine paternelle, en association avec son frère (Maurice) et toujours le père (Alfred). En 1911 l’entreprise devint « Thoumyre et fils ». En 1927, au décès de Maurice, arrive la 3ème génération dans la Société avec Roger (fils d’Albert). L’usine cessera ses activités vers 1959. Voici quelques réalisations dues à cette famille : Dès 1906 ils créent une Société de Secours Mutuels pour les ouvriers. En 1909 ils appliquent des Allocations Familiales (elles furent obligatoires en 1932). Dès 1914 ouvrent une Coopérative d’approvisionnement en denrées de 1ère nécessité réservée aux ouvriers 1916 voit la création d’un Réfectoire et d’une Cantine réservés au personnel. En 1917 il créa une « Ecole d’Apprentissage ». Elle accueillit plus tard les ouvriers de « l’usine la Viscose » et des « établissements Baudelot », prenant alors le nom d’ « Ecole d’Apprentissage pratique d’Arques-la-Bataille ». Vers 1920 arrivent : « les loisirs ouvriers d’Arques-la-Bataille », avec la pesée des nourrissons, les conférences littéraires, les concerts artistiques ; et aussi la M.I.A. (Musique des Industriels d’Arques), l’E.S.A (étoile sportive arquaise)… ainsi que la construction et l’achat de maisons permettant de loger 27 familles ouvrières.


TIEULLIER (Guillaume) Supposé né Normand au XIVe siècle. Receveur à Dieppe. On lui doit Le Coustumier de la Vicomté de Dieppe, (Dieppe, 1884). - Plan et description de la ville de Dieppe au XIVe siècle, (Dieppe, 1865).

TILLARD, Henry : (né en Seine-et-Oise le 21/01/1855) Entrepreneur de charpentes ; conseiller municipal à Dieppe. Sera membre des “ Amys du Vieux Dieppe”.


TIMMERMANS Louis Etienne (Bruxelles 1846 - Paris 1910), peintre de marines et de paysages. Louis Timmermans étudie à l'académie de Bruxelles, puis aux Beaux-Arts de Paris où il devient professeur. Il expose au Salon des Artistes français à partir de 1904, des marines bretonnes, normandes et hollandaises. Il séjourna à Dieppe ou il réalisa plusieurs toiles.

TOD (André) Prêtre de l'Oratoire, curé de la paroisse St-Jacques de Dieppe, né dans cette ville, et mort à Notre-Dame-de-Grâce en 1630. Il traduisit le premier en français les Annales du cardinal Baronius. (Paris, 1614).

Jean Tournier
Jean TOURNIER
TOURNIER Jean, (1922 - 2014) médecin dieppois, il fut Maire de Dieppe du 29 mars 1965 à mars 1971.

TRIBOUILLARD (Joseph) Né à Epinay-sur-Duclair le 14 sept. 1835 et mort à ???? en ????. Professeur au Lycée de Rouen, puis Principal du Collège de Dieppe, Officier de l'Instruction publique. On lui doit entre autre : Histoire illustrée des Grands Voyages au XIXe siècle, (Rouen, 1880, 3 vol.). - Dieppe et ses environs, (Dieppe, 1883). Etc.

TROCHE (Michel-Joseph-Pierre) Né en Normandie au XVIIIe siècle. Horloger à Eu « servit longtemps la correspondance anglaise et l'espionnage de Nicolas-François Dutheil de Telmont, sur la côte de Dieppe, Le Tréport et Caieux » jugé et acquitté à Amiens, puis arrêté après le debarquement de G. Cadoudal.

TROCHE (Nicolas-Michel) Né à Dieppe le 29 août 1789 et mort à ???? le ????. Chef de Bureau d'Etat-Civil à Paris, Chevalier de l'Ordre de Saint-Grégoire le grand, Membre de plusieurs Sociétés Savantes et Artistiques. On lui doit entre autre : de nombreux Articles historiques et archéologiques dans la Revue archéologique de 1844 à 1850, l'Echo Français, 1843, La Quotidienne, 1841, etc, etc.. - de nombreux manuscrits (Bibliographie historique de la Ville de Paris). Et au moins 23 ouvrages historiques sur Paris.


Nombre de visiteurs qui ont vu cette page